Marée basse

Marée basse
Marée basse ::: 57x42cm

J’avais ce pastel dans la tête depuis cet été. La photo a été faite lors de ma participation au Salon du Pastel en Bretagne, où, noyé sous la pluie, je suis allé chercher le soleil du côté de Granville.

J’ai voulu mettre ici à l’épreuve un pastel à tonalité claire à mes essais sur papier noir. J’ai préparé le dessin des personnages bien avant de commencer cette peinture. Ne voulant pas salir mon pastel avec mes dessins pleins d’hésitations, j’ai pris l’habitude de dessiner à part les personnages, la perspective et les éléments de décor, sur du papier à dessin. Ici, la plage était plutôt difficile à réaliser, je ne voulais pas avoir à la peindre autour des personnages. Ils ont été reportés sur la peinture par décalque, une fois la plage jugée satisfaisante. Ayant détouré les groupes de touristes du dessin sur l’ordinateur, j’ai pu les replacer à ma convenance, en privilégiant un placement en diagonale.

—————————

Je travaille en musique : cette fois-ci, j’ai écouté, avant d’aller le voir à l’Opéra Royal de Versailles (royal, non ?😊), Le Conte Ory, de Rossini.

Hommage à un peintre. Aujourd’hui, je voudrais vous faire partager le travail d’un pastelliste américain, Bill Creevy.

—————————

Vous pouvez m’envoyer une réflexion, un commentaire ou une demande d’abonnement au blog sur la page Contact.

Chez Laurette

Chez Laurette par Didier Boutet
Chez Laurette ::: 39x39cm

Encore un pastel sur du Mi-Teintes noir. Je mange mon chapeau, me direz-vous, prétextant que j’ai toujours défendu la peinture sur fond blanc. Eh bien non ! Le blanc et le noir ne sont pas des couleurs, je ne pollue donc pas mon regard avec une dominante gênante. Le pastel est un médium que l’on peut classer dans la catégorie peinture ou dans la catégorie dessin (comme c’était le cas au XVIIIe siècle). C’est son côté magique ! J’ai choisi de privilégier le côté dessin et j’ai essayé, sur les deux dernières pièces, de me passer de l’estompe et de travailler à partir de traits. Les différentes teintes de ces traits se complètent et s’enrichissent du contraste avec le fond noir.

—————————

Je travaille en musique : cette fois-ci, j’ai écouté, what else, le CD Delpech, le best of. Je ne suis pas fan de pop française, à part, justement, Michel Delpech.

Hommage du jour à un peintre. Aujourd’hui, je voudrais vous signaler le peintre américain Charlie Hunter. Magnifique.

—————————

Vous pouvez m’envoyer une réflexion, un commentaire ou une demande d’abonnement au blog sur la page Contact.

Visite à l’exposition Manguin

Manguin 1 ::: 32x25cm

 

Didier Boutet,artist,dessin,painting,pastelliste,peinture,pastels,portraits,plein air,Facebook,Flous artistiques,blog,paysages,motif,still life,nature morte,Vexin,France,amour,art,pastel sec,figurative painter,contemporary,realism,realist,painter,painting,gallery,portrait,pictures,plein air,museum,quality,artwork,drawing,impressionnist
Manguin 2 ::: 25x34cm

Voici deux versions très différentes d’une photo prise lors de la magnifique exposition Manguin, au Musée des Impressionismes de Giverny.

La première, plus classique, a été peinte sur du papier aquarelle. J’ai fixé le papier humide sur une plaque de bois mélaminé à l’aide de bande d’encadrement kraft. Ça a très bien marché, j’ai commencé par créer un lavis léger à partir de peinture acrylique. Le papier est resté tendu, même quand, plus tard j’ai rempli la silhouette des personnages avec de l’encre de chine. Vraiment très content… jusqu’au moment d’enlever les bandes de kraft : le papier avait adhéré sur la mélamine ! Il y a eu un moment  “intense” quand j’ai décollé le pastel à l’aide d’un long couteau à découper le jambon !

Pas d’eau pour le second pastel : j’ai utilisé un Mi-Teintes Touch et j’ai fait un large usage du set de  pastels “Intenses 2” de Terry Ludwig que Françoise Bousquet a eu la grande gentillesse de me ramener des États-Unis. Adoptés !

—————————

Vous pouvez m’envoyer une réflexion, un commentaire ou une demande d’abonnement au blog sur la page Contact.

Les Vapeurs

Didier Boutet,artist,dessin,painting,pastelliste,peinture,pastels,portraits,plein air,Facebook,Flous artistiques,blog,paysages,motif,still life,nature morte,Vexin,France,amour,art,pastel sec,figurative painter,contemporary,realism,realist,painter,painting,gallery,portrait,pictures,plein air,museum,quality,artwork,drawing,impressionnist
Les Vapeurs ::: 29x20cm

Les Vapeurs est une brasserie située à Trouville. J’ai essayé de reprendre le thème du Vieux Bistrot, avec ce coup-ci un style plus souple et plus fondu. Au moins celui-ci ne fera pas pensé à Hopper ! L’œuvre est de petite taille, j’ai voulu rester allusif.

—————————

Je travaille en musique : cette fois-ci, j’ai écouté, entre autres, le cd  Roberto Alagna Chante Luis Mariano. Aaah, Mexico, La Belle de Cadix, L’Amour Est Un Bouquet De Violettes …!

Hommage du jour à un peintre. Aujourd’hui, je voudrais vous signaler la pastelliste australienne Stephie Clark . Quelle gaieté dans ses natures mortes !

—————————

Vous pouvez m’envoyer une réflexion, un commentaire ou une demande d’abonnement au blog sur la page Contact.

Au four à pain

DidierBoutet, artist, artiste,drawing, dessin, painting, pastelliste,peinture, pastels, portraits, landscape, plein air, Facebook, Flous artistiques, blog, paysages,motif,still life,nature morte,Vexin,France,amour,art,pastel sec,figurative painter,contemporary,realism,realist,realistic,painter,painting,gallery,urban landscape,cityscape,city,winning,winner,prize,best,art,portrait,pictures,plein air,museum,quality,artwork,commission,drawing,pastel society,portraits,landscape
Au four à pain ::: 44x29cm

Celui-ci s’est déroulé comme dans un rêve… J’avais cette vieille idée de peindre une version du fabuleux « Eugène Murer et son four à pain », de Pissarro. Une photo réalisée par Martine de moi en train de prendre la pose, avec ma pelle à pain, une photo de mon four à pain, un selfie de moi vu de 3/4 arrière. J’assemble tout ça et 1/2 heure plus tard j’ai mon sujet ! Encore 1/2 heure et le placement sur le papier à l’aide de Carrés Comté est fait. Deux ou trois heures de travail… le papier est du simple papier à dessin Mi-teintes, j’utilise par défi mes boîtes de pastels chinois à 10€… Paix sur la terre, je me suis bien amusé, sans me mettre la rate au court-bouillon, cette fois !

—————————

Je travaille en musique : cette fois-ci, j’ai écouté, pour faire le plein d’énergie le concert marathon de Prince au New Morning. Un concentré d’énergie pure !

Hommage du jour à un peintre. Aujourd’hui, je voudrais vous signaler Viktoria Kalaichi, jeune peintre née en République autonome d’Ossétie du Nord, à voir sur Facebook ou sur son site.

—————————

Vous pouvez m’envoyer une réflexion, un commentaire ou une demande d’abonnement au blog sur la page Contact.

Le vieux bistrot (1)

Didier Boutet,artist,artiste,drawing,dessin,painting,pastelliste,peinture,pastels,portraits,landscape,plein air,Facebook,Flous artistiques,blog,paysages,motif,still life,nature morte,Vexin,France,amour,art,pastel sec,figurative painter,contemporary,realism,realist,realistic,painter,painting,gallery,urban landscape,cityscape,city,winning,winner,prize,best,art,portrait,pictures,plein air,museum,quality,artwork,commission,drawing,drawingskills,pastel society,portraits,landscape
Le vieux Bistrot ::: 43x30cm

Qu’ai-je été faire dans cette galère ?

Le sujet du pastel d’aujourd’hui, (ces petits personnages perdus dans le tableau) est compliqué, ardu, nouveau pour moi. Et à force de modifications, hésitations et retour en arrière, le papier ne veut plus, la partie sur laquelle je travaille n’accepte simplement plus le pastel. Les solutions connues, donner un coup de fixatif en bombe ou utiliser du gesso, présentent des inconvénients. Ce matin, à peine le café avalé, je suis monté me bagarrer avec Le vieux bistrot…j’en ai marre…

Après avoir peint pendant quelques années des paysages, entrecoupés d’une douzaine de portraits, il m’est apparu que j’avais atteint une limite dans ma façon d’aborder ce thème, et qu’il me fallait évoluer vers quelque chose de différent. J’ai commencé alors ma série “mystères”, avec des femmes sans regard, visage coupé sous des yeux ou vues de dos… Je me suis laissé porté par mon imagination, avec les chérubins du tableau éponyme…  Pas de quoi définir un style, d’autant plus que je multiplie les expériences, tant au niveau du support que du pastel, avec préparation à la gouache, à l’acrylique ou à l’aquarelle…

Patience, j’accumule de l’expérience ; comme disait Raffarin, « Il faut sauter des haies et finalement, je saute les haies les unes après les autres. »

—————————

Je travaille en musique : cette fois-ci, j’ai écouté, entre autres, le cd Fado Bailado de Rão Kyao . le fado interprêté au saxophone. Je ne me lasse pas d’écouter cet homme.

Hommage du jour à un peintre. Aujourd’hui, je voudrais vous signaler Emilio GRAU-SALA (1911-1975).  . Les informations sur ce peintre sont plutôt réduite, mais ce qu’on peut voir est intéressant.

—————————

Vous pouvez m’envoyer une réflexion, un commentaire ou une demande d’abonnement au blog sur la page Contact.