Selfies rapides

Selfies ::: pastel sec

Pour me libérer de la tension et des doutes que ‘Chérubins » avait suscité, me suis lâché sur ces six esquisses rapides (1/2h à 2h par pastel). L’idée étant de faire « one pastel a day » et de voir à quel point je pouvais m’écarter du photoréalisme sur un portrait.

Vous pouvez m’envoyer une réflexion, un commentaire ou une demande d’abonnement au blog sur la page Contact.

Chérubins

Chérubins ::: gouache et pastel – 45x45cm

En voilà un qui n’était pas facile ! Je me suis inspiré d’une reproduction d’œuvre affichée au mur d’une chambre d’hôte, en Grèce. Tableau signé, mais auteur inconnu sur internet… J’ai pas mal modifié l’image, que ce soit au niveau du fond ou au niveau des visages. Visages inventés, reconstruits, sans référence à aucun modèle. Je ne referai pas !
J’ai largement préparé le fond à la gouache, avec des teintes proches du but à atteindre. Et après avoir essayé divers papiers, la version finale a été réalisée sur Mi Teintes Touch blanc épais.

Le jour et la nuit

Le jour et la nuit ::: pastel sec – 39x29cm

J’ai pu participer à un stage avec Penelope Milner lors du Salon International du Pastel de Giverny. La journée a été agréable, chaleureuse, riche d’enseignements. Après avoir défini le cadrage et les ombres et lumières dans un coin de la feuille, nous avons gouaché le papier en nous inspirant plutôt librement de notre croquis. Cette mise en couleur globale a servi de point de départ à la peinture au pastel. Le papier était coloré, Penelope posait les couleurs en complémentarité avec la teinte du papier. J’ai repris ici ce principe, mais sur une feuille blanche, et en déterminant les couleurs de ma sous-couche de façon qu’elles préfigurent celles qui seront posées à l’aide des bâtons. Ill s’agissait pour moi de créer pour chaque zone une sous-couleur unificatrice.

La soif

La Soif  :::   pastel sec – 59x43cm

Ce pastel a été exécuté sur papier aquarelle Canson Montval. Le choix du papier me paraît plus déterminant que la marque des bâtons, aussi je ne cesse d’expérimenter. Ici, j’ai essayé le papier aquarelle Canson Montval torchon (très différent) et le Pastelmat Clairefontaine qui, décidément, ne me plaît pas. Le papier Montval a une texture qui structure la matière, tout en n’étant pas trop présente. Quant à la dent du papier, elle est suffisante pour permettre erreurs et hésitations.