Chanson pour le Che

Chanson pour le Che ::: 31x39cm

Il arrive parfois (rarement !) qu’on sache, avant même d’avoir pressé le bouton de l’appareil photo, que l’on tient une image qui pourra faire un pastel. Ici, cet homme (en fait réfugié à l’abri de la pluie à l’entrée d’une boutique), chantait avec une telle intensité, une telle “saudade”, que je savais tenir la bonne image. Il était question du Che, de Santa Clara où il est né… je n’en comprenais pas plus.

J’ai là aussi utilisé les bâtons à l’huile, cette fois sur tous les éléments, même les plus petits. Cette approche directe, brute, brutale même me plaît infiniment. Je suis ensuite très à l’aise avec mes petits pastels si fins, si délicats, qu’on pourrait manipuler avec des pincettes…

Comprendre le sujet…

—————————

Pour changer, je rendrai aujourd’hui hommage  à un livre. Je vous propose celui édité par Les éditions Ouest-France, L’impressionnisme se lève en Normandie. Où l’on découvre combien les peintres du XIXe siècle ont sillonné cette région. Ha ! comme j’aurais aimé fréquenter la ferme Saint-Siméon à cette époque !

Je travaille en musique : cette fois-ci, j’ai écouté sans me lasser un cd plein de poésie : Higelin enchante Trénet

—————————

La petite danseuse

La petite danseuse ::: 36x23cm

J’ai ici aussi utilisé les bâtons à l’huile sur toute la surface avant de saisir le premier pastel. Contrairement au tableau précédent, je n’ai pas cherché à créer un arrière-plan contenant les couleurs complémentaires à celles qui seraient utilisé avec les pastels. J’ai plutôt cherché à créer une assise “riche”, contribuant à apporter le plus de variations possible dans les nuances du tableau fini.

Comme souvent maintenant, le dessin est réalisé sur papier ordinaire et reporté ensuite par décalque sur le Pastelcard. Cette façon de procéder ne salit pas le papier. Je garde visible le tracé sur certaines zones, le recouvrant parfois d’un coup de crayon coloré.

—————————

Je travaille en musique : cette fois-ci, j’ai écouté Lover man, de l’Archie Shepp quartet. Shepp, Burrell, Annette Lowman produisent un jazz plein de charme et d’énergie.

Hommage  à un peintre. Je vous propose aujourd’hui de découvrir Anne Ben-Or dont le travail me paraît très intéressant.

—————————