Ferdinand

Didier Boutet,artist,artiste,drawing,dessin,painting,pastelliste,peinture,pastels,portraits,landscape,plein air,Facebook,Flous artistiques,blog,paysages,motif,still life,nature morte,Vexin,France,amour,art,pastel sec,figurative painter,contemporary,realism,realist,realistic,painter,painting,gallery,urban landscape,cityscape,city,winning,winner,prize,best,art,portrait,pictures,plein air,museum,quality,artwork,commission,drawing,drawingskills,pastel society,portraits,landscape
Pastel sur papier à grain blanc 180g ::: 40x40cm

Le portait et l’anecdotique

J’ai été fouiner sur internet pour parler du portrait de mon fils, et je suis tombé sur Wikipédia sur ce début d’article qui correspond exactement (en mieux écrit !) avec ce que je voulais exprimer :

Un portrait bien exécuté doit montrer l’essence intime de l’objet (du point de vue de l’artiste) ou une représentation flatteuse, et pas seulement une ressemblance littérale. Comme l’écrit Aristote : « Le but de l’art n’est pas de présenter l’aspect extérieur des choses mais leur signification intérieure; pour cela, l’apparence externe et les détails ne constituent pas la vraie réalité ». Les artistes peuvent tendre au réalisme photographique ou à une similitude impressionniste en représentant leur sujet mais cela diffère d’une caricature qui tente de révéler le caractère par exagération des traits physiques. Comme l’écrit Edward Burne-Jones : « La seule expression admissible dans un grand portrait est l’expression du caractère et de la qualité morale, rien de ce qui est temporaire, éphémère, ou accidentel ».

Dans la plupart des cas, cela se traduit par un regard grave et des lèvres closes, quoi que ce soit au-delà d’un léger sourire étant plutôt rare historiquement. Où, comme le dit Charles Dickens : « Il n’y a que deux styles de peinture de portrait : le sérieux et le sourire affecté ». Même en tenant compte de ces limites, une gamme complète d’émotions subtiles est possible, de la calme menace au doux contentement. Cependant, avec une bouche relativement neutre, une grande partie de l’expression du visage doit être créée avec les yeux et les sourcils. Comme le déclare l’écrivain et artiste Gordon C. Aymar : « les yeux sont le lieu on l’on cherche l’information la plus complète, fiable et pertinente » sur le sujet. Et les sourcils peuvent signifier, « presque à aux seuls, l’émerveillement, la pitié, la peur, la douleur, le cynisme, la concentration, la nostalgie, le mécontentement et l’attente, en infinies variations et combinaisons ».

Bon… Je n’avais pas tout ça en tête quand j’ai photographié Ferdinand, mais, comme pour Felix mon autre fils, et tous les portraits précédents, j’étais bien conscient que le sujet doit être “grave” et ne pas rire aux éclats ( à part peut-être un enfant…). Ce qui a induit délais et ajournements, entre coupes de cheveux inadéquates et crises de fou rire et autres blagues de potache qui énervent le photographe…

Ce portrait a été réalisé, comme les précédents, sur du papier Canson à grain. Je suis gêné, quand je portraitise, par le grain des papiers spécialisés. Et je me suis offert le set Portrait de chez Unison, qui a répondu totalement à mes attentes. J’ai également utilisé des pastels Girault, des carrés Prismacolor NuPastel et des crayons pastel Conté.

—————————

Je travaille en musique : j’ai écouté, entre autres, l’Elisir d’Amore de Donizetti avec  Ileana Cotrubas, Plácido Domingo ; Royal Opera House Orchestra & Chorus, direction John Pritchard. Magnifique !

Enfin, je compléterai dorénavant mes billets de blog par un hommage à un peintre. Aujourd’hui, je voudrais vous signaler Casey Klahn son blog et sa page Facebook. Casey, est un grand artiste. Il nous montre la voie vers ce que devrait être le pastel en 2017 ; il n’est pas par ailleurs avare de conseils. Conseil n° 1 : Expérimentez !

—————————

Vous pouvez m’envoyer une réflexion, un commentaire ou une demande d’abonnement au blog sur la page Contact.

9 commentaires sur “Ferdinand

  1. Magnifique Ferdinand, aucun doute. Le travail du père et la beauté du fils. Mais quelle tristesse que ce texte de wikipédia, on est dans l’occident le plus « sérieux », c’est comme les mannequins, faut pas sourire, ça fout des rides. Beauté botox. Quand on voit les visages hilares, radieux, éclairés, connivents des peuples moins académiques, ça fait du bien ! N’est on pas temporaire, éphémère… Et pour une qualité sympatique, « l’émerveillement », quelle liste de catastrophes !! la pitié, la peur, la douleur, le cynisme, la concentration, la nostalgie, le mécontentement et l’attente.
    J’ai vu tes oeuvres nouvelles sur ton site, ça faisait longtemps que je n’avais rien vu. Super !
    Bises Helene

    J'aime

    1. Merci Hélène ! J’avoue que je ne connais pas les portraits des « peuples moins académiques ». Mais j’aime bien cette tradition (d’avant la photo) du portrait peint qui restait finalement la seule représentation que laissait le modèle à sa mort. Il s’agissait alors d’être synthétique ! Maintenant que l’on produit des photos à la cadence d’une mitraillette, il me paraît intéressant que le portrait peint conserve cet aspect non anecdotique. Quelque soit par ailleurs le style du peintre, figuratif, fauve, cubiste…

      J'aime

Merci de laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s