L’escalier

J’ai voulu retravailler sur le gros carton gris sur lequel j’avais fait des essais il y a un mois. (À peu près 1€ par mètre carré !) Je l’ai à nouveau revêtu d’une couche de peinture blanche, plus pour supprimer le côté pelucheux que pour améliorer la dent du carton. J’ai commencé à poser mes zones de couleur comme souvent avec des pastels durs, et là je me suis aperçu que les irrégularités du carton créaient une texture en soi (« Le pastel pour les nuls » ou plutôt pour les fainéants !). La photo servant de sujet est extrêmement détaillée et fouillée, et ce carton bas de gamme n’offre évidemment pas la possibilité d’être aussi précis qu’avec un papier dédié comme le Mi Teintes Touch. Mon approche a donc été « impressionniste », j’ai fait cohabiter côte à côte des teintes et des luminosités éloignées de la réalité, mais qui, vues d’une certaine distance, se synthétisent, donnent l’impression des ombres et lumières, et recréent du modelé.

Pastel sec sur carton gris 2,5 mm. 35 x 45 cm - Juin 2014
Pastel sec sur carton gris 2,5 mm – 35 x 45 cm – Juin 2014

 

Monet was here !

Monet a dû parcourir ce champ, situé à 200m de l’ancienne gare de Giverny. Était-il alors rempli de boutons d’or ? Sophie Amauger, lors du stage décrit plus bas, nous y a amenés, dans l’espoir que le ciel nous épargnerait. Le temps de déballer, de définir le cadrage, et hop, la pluie recommençait. J’ai tout juste eu le temps de prendre une photo. Je n’ai pu m’empêcher de penser aux coquelicots de Monet. A l’aide de Photoshop, et j’ai réintroduit les deux personnages de premier plan sur ma photo.

Techniquement, j’ai utilisé du Pastelmat de Clairefontaine, un papier vraiment spécial, à propos duquel les pastellistes ont des avis divergents. Je dois dire qu’il se sature si vite qu’il ne reste plus alors qu’à utiliser des Senneliers ou des Schmincke, ce qui évidemment limite les possibilités. Mes hésitations et changements d’attitude lors de la construction de l’image ont rendu l’œuvre aussi lisse qu’une patinoire…

 

Monet was here ! PASTEL SUR PASTELMAT 25 X 35 CM
Monet was here !
PASTEL SUR PASTELMAT 25 X 35 CM

Elements

Balaruc et Giverny

Je suis revenu de Balaruc les Bains, avec une furieuse envie de peindre. Les directions que je voulais tester ne manquent pas  : papiers, pastels, gestuelle de la main, solvants et diluants divers…un peu un retour à mes premiers mois avec ce médium, finalement. J’ai travaillé sur de petits formats (30 x 40) et me suis astreint à travailler vite : pas plus de trois heures par pastel, que ce soit bon ou mauvais.

Puis est arrivé le salon de Giverny, où je n’avais pas effectué de soumission par manque de temps. Si l’on compare Giverny aux salons des Pastellistes de France, on s’aperçoit très vite que le premier présente une sélection plus variée, basée uniquement sur la qualité des œuvres. Les travaux étaient vraiment d’un excellent niveau. J’ai rencontré au vernissage des copains que j’avais quittés quelques semaines avant, à Balaruc. Le monde des pastellistes est petit !

Le lendemain, stage avec Sophie Amauger, pastelliste, magicienne du paysage au pastel. Le temps n’était pas fameux, nous avons travaillé sous la tente, d’après photo, . Suivre un stage, c’est remettre en cause son travail. Mais avec Sophie, il n’y a aucun stress, juste une collaboration vraiment enrichissante.