Volada, sur l’ile de Karpathos

Les peintres qui peignent à l’huile ont l’habitude de dire qu’il faut peindre gras sur maigre. C’est pareil pour le pastel, tout du moins en ce qui me concerne : je ne trouve jamais de pastel assez dur pour commencer un tableau. J’aimerais que mes petits chéris, les carrés Conté, soient trois fois plus nombreux (il y en a 80 dans la gamme). J’ai trouvé chez Lidl, il y a deux ans des carrés en béton, et je les épargne, sachant qu’il n’y aura pas de réassort. J’aimerais pouvoir commencer à utiliser les bâtons « riches », ceux qui déposent de la matière généreusement,  tout à la fin, quand les teintes ont été choisies définitivement. Les pastels « maigres » autorisent les essais et erreurs et, permettent de construire à pas léger l’équilibre du tableau. Les pastels « riches » vont évidemment donner plus de contraste à l’œuvre. Il est pratique de régler ce contraste tout à la fin, sans craindre de saturer le papier.

VOLADA PASTEL SEC SUR ART SPECTRUM 40X50CM
VOLADA PASTEL SEC SUR ART SPECTRUM 40X50CM

2 commentaires sur “Volada, sur l’ile de Karpathos

  1. Ha bon, je ne savais pas tout ça. Les quelques pastels que j’ai fait sont tous réalisés avec des pastels durs, des Rembrandt. Joli paysage, un souvenir ?

    J'aime

Merci de laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s