Bois des maréchaux

Les pastels « high key », comme celui-ci,  sont assez peu fréquents, finalement, dans la production actuelle ; ceux qui choisissent de pratiquer le pastel sont d’abord séduits par la vitalité des couleurs. L’ivresse des couleurs, en quelque sorte.

J’ai pas mal hésité avant de commencer le bois des Maréchaux : est-ce que je ne mettais pas la barre trop haut ? La réponse est oui ! Et j’ai dû me limiter à travailler pendant les heures les plus lumineuses de la journée. La lumière tungstène, même puissante, perturbait trop la perception des couleurs.

Travail réalisé sur Canson Mi-teintes Touch blanc. 56 x 40 cm

Bois des marechaux

La neige n’a pas tenu

Bloqué au village par la neige, j’ai réalisé ce pastel à partir d’une photo prise quelques jours plus tôt. Le froid m’a poussé hors de mon atelier, j’ai tout rapatrié dans le salon, ce n’est pas terrible, visuellement…

J’ai utilisé du Canson Mi-teintes Touch blanc. Je suis très attentif à ne pas laisser de zone blanche (même de point blanc) dans la peinture. J’ai développé pour ça une technique où je nourris le papier au début du travail sans pour autant le saturer. Je me rends compte à quel point il est nécessaire d’étirer les valeurs de luminosité, du presque noir au presque blanc. Sans jamais atteindre ces deux extrémités, qui sont en quelque sorte des valeurs mortes. (N’est-ce pas, Christine LC, amie pastelliste !)

La neige n'a pas tenu

Kilchurn castle

J’ai travaillé ici sur du Canson Touch noir. Après tout, si l’on fait abstraction du ciel, le sujet s’y prêtait plutôt bien. 95% des pastellistes français utilisent des papiers colorés. Peut-être parce que dès la première couleur il s’établit un dialogue avec la couleur du papier ? Quant à moi, partant de la constatation qu’il est plus facile d’obtenir des noirs denses que des blancs lumineux, je reste attaché au blanc. Je pratique le pastel en raisonnant comme un photographe et considère qu’il est primordial que l’œuvre puisse afficher un contraste fort .

Kilchurn castle

Les occupants de ce château n’ont pas dû s’y amuser tout le temps ! Il est situé à l’embouchure de deux rivières, sur un monticule entouré de marécages :

Kilchurn castle 0

Beinn Sgulaird

Ce petit pastel (30×40 cm) a été fait à partir d’une photo faite en Écosse. Pas trop satisfait d’avoir utilisé le papier ArtSpectrum. J’essaye de terminer mon stock, mais ce papier possède un relief où apparaissent des sortes d’anneaux, qu’il faut s’appliquer à boucher avec du pastel. Les couleurs de l’Écosse sont vraiment spéciales, à la fois sourdes et vives ( en partie à cause de la très belle mousse qui recouvre tout, humidité oblige).

J’ai pas mal galéré avec ces tons ternes, les fabricants proposent essentiellement des couleurs pétard ou « semi pétard ».

 

Beinn Sgulaird, colline de l'Appin. ArtSpectrum blanc   30x40 cm
Beinn Sgulaird, colline de l’Appin. ArtSpectrum blanc 30×40 cm